Symboliques et Religions

La Mère Divine

Mère Divine, Marie synthétise et surpasse en son divin Symbole, toutes les figures mythiques de la Femme Idéale et de la Déité Féminine...
La dévotion chrétienne à Marie l'invoque depuis longtemps comme l'Epouse de l'Esprit. Elle en est même la Manifestation Humaine. Elle est Mère Divine, comme l'Esprit-Saint est Mère dans la Trinité et Mère Universelle dans la Création comme dans les textes des Livres de Sagesse qu'utilise la liturgie mariale!
Bref, comme le suggérait Teilhard dans ses notes, Marie c'est l'Esprit devenu tangible, L'Eternel féminin, Dieu en tant que Féminin... Dieu qui se fait notre Mère!

Lire la transcription, le fascicule, écouter...

La Symbolique égyptienne Mère des Religions

La Symbolique égyptienne a fourni aux philosophies et aux religions de l’Humanité des intuitions extrêmement fécondes mais l’Occident chrétien n’a pas toujours eu conscience de ce qu’il devait à l’Egypte. Nous évoquons dans ces fascicules, quelques idées pour lesquelles l’apport original de l’Egypte mérite d’être remémoré :

  • Une certaine conception d’un Dieu Unique et de la Religion Universelle qui en découle.
  • Dieu perçu en tant qu’Energie
  • La Réalité Divine conçue comme féminine et donc l’idoinéité des femmes au sacerdoce.
  • La Filiation Divine du Pharaon et de l’Humanité.
  • La structure trine de l’être humain : Le Corps – L’Ame ou Corps Spirituel – L’Esprit.
  • L’espérance de la Survivance par-delà la mort : Reprise de conscience : résurrection ou régénération et métamorphoses dans l’au-delà vers la divination.

Lire la transcription, le fascicule, écouter...

La Symbolique égyptienne Source du Monothéisme

Un Sanctuaire pour la Religion Idéale ?
Puisque le site d’Har Karkom est si fabuleux qu’il est le point d’origine et de convergence non seulement des religions dites « du Livre », c’est-à-dire de la Bible, mais aussi de la religion égyptienne, Har Karkom surpasse la Jérusalem de la terre et correspond sans doute à la Jérusalem de la fin des temps que prophétisaient les textes sacrés. Ne pourrions-nous pas rêver d’y élever un sanctuaire ? Puisque le petit temple dont on a retrouvé les ruines sur la Montagne, fut donné à Moïse comme modèle pour bâtir le Tabernacle de Dieu [Exode XXV.40], n’est-il pas temps, en prévision de l’accession de l’humanité au pluralisme spirituel et à l’universalisme bientôt cosmique, de relever, voire amplifier avec les moyens modernes, ce lieu sacré archétype de tous les temples d’Occident. Quel mécène, petit ou grand pourrait ne pas être séduit par un tel projet futuriste… peut-être utopique… mais si spirituel…
«Quand il y aura un Ultra-Humain, écrivait Teilhard dans son Journal de 1950, il y aura une Ultra-Religion.»

Lire la transcription, le fascicule, écouter...

Le Verbe des égyptiens d’Hermès à Paul et Jean

Le christianisme primitif nous a bien conservé le témoignage du mystérieux silence de Jésus devant ses accusateurs ? Pourquoi se tait-il ? Le Verbe devrait-il se justifier ? Y a-t-il un Homme qui plus que Jésus ait été davantage illuminé de la Lumière du Verbe ?
Dans l’Evangile de Thomas, aussi, Jésus lui-même reconnaît que Thomas non plus, parce qu’il s’est « enivré de la source divine que Jésus lui-même a sondée, n’a plus besoin de Maître ».

Lire la transcription, le fascicule, écouter...